Stève-Wilifrid Mounguengui


trois poèmes sans titre

Dans un coin de tes yeux
J'ai vu tomber le soir
Et saigner le soleil
Dans tes larmes

°

J'écris sur les chemins
Sur le bord des nuits
Et j'ai griffonné graffiti
Aux flancs du ciel

°

Ouvrir des délices
Laisser fondre la nuit
Sur la langue
Les embruns des vents
Sur ces allées d'ombre et soleil
Et les couleurs dansent
Comme des parfums
Et toi quelque part ailleurs









Né en 1976, dans le Sud du Gabon, Steve Wilifrid Mounguengui vit depuis 2001 en France, où, diplômé de Philosophie et de Sciences de l'Éducation, il travaille pour la Ville de Saint-Denis, comme coordonnateur d'un dispositif accueillant des collégiens temporairement exclus. Présent dans les n°s 18 et 19  de Lichen.

4 commentaires:

  1. Une poésie douce et aérienne, d'une sensibilité rare, des images magnifiques... Cher poète, tu me fais pleurer, rêver. Continue à écrire, nous en avons besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarah, merci. Tu es une âme sensible. J'aime savoir que tu partages ma poésie

      Supprimer
  2. Commentaire de Guy Lebressan : J'aime beaucoup cet amour absent qui se transforme en communion avec les beautés du monde. De belles trouvailles : "J'ai vu tomber le soir, et saigner le soleil dans tes larmes" "...laisser fondre la nuit sur la langue".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy, vous touchez. La finesse de votre regard sur mes mots. Merci

      Supprimer