Laurent Prouff


Instantané 7

Au fond d'un trou ou d'une rivière, dans la nuit, la brume ou le brouillard, dans l'inconsistance d'un rêve, le fracas d'un cauchemar, au bout de ta rue, au milieu de la foule, dans les méandres de tes questions, perdu dans la campagne ou au dernier étage d'un gratte-ciel, noyé dans tes larmes, derrière ton miroir, sous tes draps, dans tes chaussures ou ton placard, emporté par le temps, sur le bord d'une route ou dans les couloirs du métro, au fond d'une bouteille vide, dans l'ivresse de ton dernier verre, dans la cendre de ta dernière cigarette, le jour, la nuit... Qu'importe
En douceur, discrètement, sereinement, soigneusement, minutieusement, imperceptiblement, timidement... Je disparaîtrai



Un rien

Non, il n'y a pourtant rien
Rien à voir, je vous le jure
Sous le voile de satin
De sa jupe bleu azur

Et il n'y en a pas plus
Guère plus, je vous assure
Sous sa chemise, en bonus
À peine un souffle, un murmure

Juste un battement de cœur
Qui résonne dans ma main
Tel un désir qui affleure
Pour me montrer le chemin








Né en 1969, Laurent Prouff est psychologue. Breton originaire de Rennes, il vit à Pontivy. Deux recueils de poésie à son actif, un troisième en préparation. La poésie est pour lui une expérience qui rejoint et prolonge celle de la psychanalyse dans la quête d'une vérité intérieure, qui toujours, manque à se dire. C'est un chemin de vie passionnant sur lequel il avance lentement, dit-il. Son blog : https://un-espace-de-poesie.blog4ever.com/. Sa page facebook : https://www.facebook.com/Prouff.laurent/ Présent dans le n° 27 de Lichen.

7 commentaires:

  1. J'aime bien cette sensualité discrète dans vos poèmes, et cependant chargés d'un intense désir...il s'agit de voir ce que l'on ne dit pas (et nous le voyons....)
    Jean-Pierre Bars

    RépondreSupprimer
  2. Le long "tenu" du premier m'intéresse (comme il accroche !). Quant au deuxième, quel originalement beau poème d'amour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clément, quel plaisir de vous avoir ainsi accroché !

      Supprimer
  3. Un univers que j'aime, je m'y reconnais. Merci !

    RépondreSupprimer