Joëlle Pétillot


À Marcigny, une saison

La paix cousue à mes semelles, j’avance. Les peupliers en fer de lance brodent les rives, soumettent la rivière à une valse lente. Un oiseau briseur d’horizon pose un V à fleur de ciel.
Plus loin, plus haut, c’est un rapace entoilé d’azur qui crie sa faim au monde sur une note d’éternité.
Pointille les prés allongés la blancheur beige des bœufs posés, tout auréolés de paresse.










Née en 1956, au sein d’une famille à forte dominante artistique, Joëlle Pétillot a toujours écrit. Outre sa poésie (publiée dans de nombreuses revues), elle est aussi l’auteur de deux romans (La belle ogresse ; La reine Monstre) et d’un recueil de nouvelles (Le hasard des rencontres), parus aux éditions Chemins de tr@verse.
Son blog : http://www.joelle-petillot-la-nuit-en-couleurs.com/. Présente dans les n° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 17, 18 et 22 de Lichen.

16 commentaires:

  1. Magnifique. Ce texte bref est sereinement vaste, pour cause de beauté. J'y retourne : il n'a ni début ni fin, pur étirement de présences. Pas envie d'en sortir !

    RépondreSupprimer
  2. Impossible de passer à côté ! Vos mots sont beaux de chez beaux !!! Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bénédicte. Un grand salut, et merci du passage;

      Supprimer
  3. Ecouter dire , c'est beau. Mais lire chaque mot et à chaque mot être surpris par l'ouverture sur un autre paysage c'est.

    RépondreSupprimer
  4. Voilà enfin une vraie prose poétique, linéaire, sans caillou pour effilocher les neurones.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un compliment qui me touche beaucoup Carine-Laure. vraiment. C'est si difficile, la simplicité.

      Supprimer
  5. Enfin une marque de sainteté pour coiffer mon dynamisme.

    RépondreSupprimer
  6. Ecriture sereine et lumineuse. Très beau !

    RépondreSupprimer
  7. Je vois un tableau de l'école de Barbizon et les boeufs de Rosa Bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je n'y avais pas pensé, mais c'est vrai que les paysages du Brionnais s'y prêtent bien. Merci ma Py.

      Supprimer