Florence Vandercoilden


I

À jamais je suis intimidée

La peur fut mon chantier et mon affiliation
Prudence mère de peur et nulle vacance
qu’elle ne s’y loge
À chaque relais de poste je change de monture
Peur-mère qui me blase
Ogre tirade déroule son fil parque
Et prend Pégase.
Sang que l’on verse mal et en vain
Peur impure pensée magique
La confrontation seule me rassure et je n’ai de repos. Chaque jour
je remets mon titre en jeu
Plutôt que la clef dans le dos
Je résiste à son désir alvéole










Née à Annemasse en 1970, professeure de français en région lyonnaise, Florence Vandercoilden a créé le site « Elettra » consacré à l'agrégation de Lettres et a déjà publié des textes dans les revues Verso et Le Croquant. Son blog « Lalage » : https://lalagepoesie.wordpress.com/. Présente dans le n° 8 de Lichen. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire