L’Atelier du don de mots



Les dix textes obtenus avec les mots donnés

Pour ce numéro, 41 mots (ou expressions) ont été récoltés, donnés par 23 lectrices et lecteurs, et 9 volontaires m'ont rejoint pour l'exercice. 


Pardon Capharnaüm
« Quand bien même un lion saurait parler, nous ne pourrions le comprendre. » 
(Ludwig Wittgenstein)
Ohlala ! Moi pas jaspiner ! Moi pas margoulin… moi préférer semailles en charentaisesforage en douceurgobeloter petit Jésus en culotte de velours érotiquement tapiparfum "alter ego décapsuleur"Croquant déni ? Ohlala ! Moi pas appeler "araignée" "oiseau de paradis" ! Pas grommeler ni sonner gong contre tong. Moi pas cassolette de scrotum ! Toi veux scrutin sur mon lignage ? Fais litanie sur inventaire tartinesque ! Moi plantureux blob éveillatifbrouette qui déraboulecontrapontique, et se désenestre ! C. 
(Hoda Hili)

Sa majesté le Blob
Quand le Blob tapi loin des semailles jaspine avec les oiseaux de paradis dans une litanie non dénuée de trilles contrapontiques, il débaroule loin du confinement de son alter ego. Celui-ci, emprisonné dans le zoo de Vincennes, grommelle dans un inventaire digne d’un capharnaum : « assiette, brouettecassolette, douchette, épinette, fourchette, girouette... », puis dans un plantureux chant de parfum appelle ceux qui ont toujours participé à son lignage. Ainsi de l’hellébore éveillative ou de l’araignée qui n’a jamais blairé les charentaises trop lourdes pour la finesse de ses pattes et encore moins les tongs qui se carapatent à chaque mouvement qu’il soit de dextre ou de senestre. Ou encore de l’arbre qui belote avec la fourmi. 
Tiens, voilà le margoulin qui, décapsuleur à la main seul outil capable de faire réagir ce tartarinesque blob pense-t-il bien que plutôt lui permettant de gobeloter, vient le martyriser. Le Blob, du haut de sa cellule unique, préfère se bidonner en reluquant ce petit jésus en culotte de velours qui érotiquement parlant ne vaut pas un scrotum et ne connaît pas le plaisir du Pardon. 
Ohlala, le gong, bientôt le résultat du scrutin ! Vont-ils le remettre dans son milieu ? Vont-ils rester dans le déni ? Découvrir le pardon ?
Pourtant le Blob, lui le sait que tout forage inconsidéré de son corps si croquant ne peut abolir les douceurs de son éternité.
(Brigitte Charnier alias Margueritte C.)


Solidarité / solide hilarité
Oh ! La ! la ! Ça grommelle, ça jaspine, ça fait dans la litanie, ça gobelote de la tong, ça débaroule du scrotum, ça accuse le scrutin qui devait pas être maintenu, ça en appelle à l'inventaire des moyens mis en œuvre à cause d'un virus tapi dans l'ombre comme une araignée ou plus sûrement comme un blob et qui impose le confinement. Foin de ces tartarinesques polémiques, Victor ! C'est l'heure des semailles ! T'occupe de ce capharnaüm et pousse ta brouette si tu veux quelque chose dans ta cassolette l'hiver prochain! 
En fin de journée, bien las d'une bonne fatigue, enfile tes charentaises et joue du décapsuleur ou du tire-bouchon si tu préfères et installe-toi devant un plantureux repas aux douceurs dignes de l’hellébore accompagné d'un breuvage au subtil parfum, gouleillant comme un petit jésus en culotte de velours.
Aucun lignage avec ces margoulins qui se frisottent l'alter ego en clapotant de la dextre et de la senestre, de concert, au coup de gong.
Fais dans le contrapontique, le croquant. Pas de déni, hein ! Rester conscient et bien te laver les mains ! Mais pas te faire bouffer l'éveillatif par les spécialistes du forage de cervelle.
Érotiquement installé, cajole-toi l'oiseau de paradis. Pardon, mais ça passe le temps.
(Éric Cuissard)


Inventaire-déni de Senestre
Débaroul’ pas façon brouette !
Gobelot’ plus, décapsuleur !
Pas d’croquant dans mes cassolettes
Ni d’hellébor’ aux blobs tapis,
Ni d’ces fauss’ douceurs charentaises !
P’tit jésus en culotte velours,
Ton plantureux capharnaüm,
Contrapontique litanie,
Oh la la mais de quel lignage ?
Es-tu oiseau de paradis
À parfums de confinement ?
Es-tu pardon ou araignée
Qui jaspine érotiquement,
Semailles ou tongs à scrutin
Éveillatif au coup de gong ?
Tartarinesque margoulin,
Que préfères-tu grommeler
Lorsque mon forage t’appelle,
Ô scrotum sans alter ego !
(Clément G. Second)


Viens donc faire un p’tit tour dans sa brouette
Charentaise de lignagetapie dans sa brouette contrapontiquegobelotegrommelle sa litanie qui fait blob, blob, blobjaspine avec une araignée qui, elle aussi, fait blob, blob, blob
Son alter ego débaroule malgré le confinement.
Elle l’appelle :
« Plantureux oiseaux de paradis, ton parfum
Ohlala, ton parfum !
Un forage qui fait gong, gong, gong 
Sur mes tongs, tongs, tongs
Et ton scrotum… 
Oh, ton scrotum, quel capharnaüm !
Tartarinesque, est-ce l’hellébore ?
La cassolette, les semailles ? Aïe, aïe, aïe !
T’offre mes douceurs
Tu préfères mon décapsuleur ? » 
L’inventaire est érotiquement éveillatif mais le scrutin
Ah, le scrutin, tin tin !
Le margoulin, tel petit jésus en culotte de velours, a le pardon croquant.
Quant à son déni senestre !
(Sylvie Neveu)

(sans titre)
Quel margoulin, ayant gobeloté sans frein, usé du décapsuleur comme un soir de finale de foot, humé les essences d’hellébore brûlées dans la cassolette, vient nous causer d’oiseaux de paradis, de douceurs, de petit jésus en culotte de velours en ce temps de confinement, de tong et de charentaises, de sinistre scrutin plus que de senestre scrotum ?
Grommelerjaspinertapi dans son fauteuil, rêver d’une aventure tartarinesque nuancée érotiquement, dérouler la litanie contrapontique du déni des désirs, l’inventaire des balades impossibles. Pardon ! Voilà qui nourrit l’araignée qui mange nos cervelles. Quelles semailles pour l’avenir ?
(Annie Hupé)


Coronavirus
À coup de gong, à coup de tong,
De litanie contrapontique, 
Ces oiseaux de paradis
Jaspinent sans demander pardon

Et maintenant ?

L’inventaire est senestre,
Le blob a envahi,
Toutes les rues et les semailles, 
Les hellébores, mon  jardin

Le margoulin
Conseille le scrutin
Ohlala, quel déni !
C’est un capharnaüm !

Mon lignage m’oblige à déclarer
Que j’aimerais lui botter le scrotum
Le faire débarouler dans une brouette
Et gobeleter un jus d’araignées.

À coup de gong, à coup de tong,
De litanie contrapontique, 
Ces oiseaux de paradis
Jaspinent sans demander pardon

Et maintenant ?

Dans un parfum tartarinesque
On grommelle,
On appelle
Au confinement.

Plus qu’à rester tapi
Dans mes charentaises
Gavé de cassolettes de douceurs
Et faire marcher le décapsuleur.

Mais mon alter ego
N’est plus un petit jésus en culotte de velours
Érotiquement je préfère alors
Un croquant et plantureux forage

À coup de gong, à coup de tong,
De litanie contrapontique, 
Ces oiseaux de paradis
Jaspinent sans demander pardon

Et maintenant ?

(Gaëlle Moneuze) 



Confinement
Il est temps d’imaginer tout
ce que l’on peut encore faire et,
tristesse, que l’on ne fera pas
ou se gardera bien de faire

Chambarder le capharnaüm
en grommelant contre les araignées
Jouer aux inventaires du déni
Tapi pratiquer le forage
rechercher son lignage

Appeler un alter ego
en tong et gong contrapontique
Jaspiner entre margoulins
des litanies tartarinesques
Débusquer le décapsuleur
Gobeloter un petit vin doux
— jésus-en-culotte-de-velours

Mijoter dans la cassollette
croquant un oiseau de paradis 
Préférer des chairs plantureuses
douceurs aux parfums d’hellébore
érotiquement éveillatives

Jeter à senestre les semailles
Débarouler en charentaises
finir en blob dans la brouette
C’est la fin du scrutin … Quoi faire ?
Voilà que me gratte le scrotum

Oh là là ! pardon !
(BMB)

Parfum de confinement
Une brouette près du forage
le chant contrapontique des oiseaux de paradis
une araignée charentaise
des douceurs à l’hellébore
des semailles de beau lignage
pourtant le margoulin
en tong grommelle.
Où est le décapsuleur ?
Il aimerait gobeloter après la cassolette
Du petit Jésus en culotte de velours ! 
De son capharnaüm,
je vous en épargne 
l’inventaire éveillatif
je préfère une litanie
tartarinesque
Oh la la ! 
De son capharnaüm donc, 
débaroule à senestre 
un blob plantureux :
son alter ego !
Ils se mettent à jaspiner,
à appeler au scrutin… 
Gong ! 
Pardon, dit le scrotum érotiquement tapi, vous préférez un déni croquant ou aveu craquant ?
(Anaïk Simon)


Douceurs contrapontiques (inventaire ?)
En plein confinementdébarouler par senestre en tongs au milieu des semailles, tout en croquant des cacahuètes.
Érotiquementpréférer une plantureuse brouette charentaise à un petit jésus (fût-il en culotte de velours).
Grommeler des litanies tartarinesques pour demander pardon à l'araignée du capharnaüm,
puis gobelotertel un forage, une cassolette de parfum d'hellébore— après usage d'un décapsuleur éveillatif.
Malgré son déniappeler "blob" un margoulin de haut lignage osant se gratter le scrotum au moment du scrutin.
Jaspiner la langue des oiseaux de paradistapi sous un gong, avec son alter ego.

(G. de P.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire