Éric Cuissard


« Cœur », poème graphique 











Habitant à Reims, Éric Cuissard publie poèmes et des récits courts en revue, depuis une quarantaine d'années : Sol'Air (Nantes), Rétroviseur (Lille) — disparues aujourd'hui —, Friches (Haute-Vienne), Inédit Nouveau (Belgique) et Phooo (Calcutta). Trois recueils publiés : Sténopé (Sol'Air), Angles des Cris Purs (Books on Demand) et Le Résident des Interstices (Sajat). Présent dans les n° 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 20, 21, 23, 24, 26 et 28 de Lichen.

16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas très propre le circuit,mais c'est que le parcours de l'amour est incertain.Votre coup de crayon est plus sûr.

      Supprimer
  2. Ton labyrinthe : s'y perdre est s'y retrouver +++ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étonnant comme un petit exercice apparemment facile peut finalement dire beaucoup.
      Mais c'est aussi que le lecteur(lecteur-voyeur-traqueur ici) Lichenien est de haute qualité.

      Supprimer
  3. Je pense au "Cœurs" d'Alain Resnais.
    Merci Monsieur Cuissard
    AA-GG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes hommages Madame Gral. Mais dites-moi, vous devriez dormir à pareille heure plutôt que de vous perdre au cœur du labyrinthe poétique lichenien.

      Supprimer
  4. Un dédale qui en dit long sur les complexités de l'amour. Bravo Eric pour cette représentation graphique qui parvient à garder sa poésie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marjorie. Oui, en amour les matins ne sont pas tous ordinaires, et quand ils le deviennent,c'est sans issue.

      Supprimer
  5. J'aime ces traverses répétées, nouvelles, d'une complication limpide, exactement comme e sentiment d'une infinie diversité qu'il illustre. Poésie que ces chemins là. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Joëlle,merci de cette lecture. Une petite fantaisie moins dure que mon Toujours Rien qui vous avait rencontré.

      Supprimer
  6. Béatrice Pailler4 septembre 2018 à 12:04

    Bonjour Eric, voici le nœud gordien du sentiment, non pas à trancher mais à défaire doucement pour en lisser le fil , en remonter le courant.
    Labyrinthe ou carte, Cathédrale ou Minos, le pays de Tendre est proche.
    Bien amicalement Béatrice Pailler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Madame. Bien féminine cette façon de défaire l'emballage.
      Avez-vous assisté à la projection du labyrinthe en la Cathédrale de Reims?

      Supprimer
  7. Je n'ai rien compris. Je ne connaîtrai jamais mon coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est normal si Robinson sous ses ciels n'a toujours pas croisé Vendredi.
      Ma sympathie Raphaël.

      Supprimer