mardi 30 juin 2020

Éditorial


n° 50 – juillet 2020
Publication à périodicité (éventuellement) mensuelle * ISSN 2494-1360
prix : 1 mot
(l'accès et la lecture sont gratuits, mais nous demandons que chaque personne 
qui consulte et apprécie cette revue en ligne nous envoie, en échange, au moins un mot
Pour le don de mot et toute correspondance : lichenrevue@gmail.com  


Ce n° 50 (cinquante, déjà !) est dédié à la mémoire du poète Tristan Cabral (Yann Houssin, 1944-2020) qui vient de nous quitter. 

Lire une belle interview de lui dans la revue Ballast, en cliquant  ici (https://www.revue-ballast.fr/tristan-cabral/)

J'avais eu le plaisir de le rencontrer en janvier 1985 (c'était à Vercheny, dans la Drôme, pour la naissance de la revue Grande Nature) et il m'avait offert et dédicacé son recueil Du pain et des pierres (Plasma, 1977) : 




Trente-et-un poètes pour le mois de juillet, dont huit nouvellement arrivé(e)s : Sandrine CeruttiStéphanie CrousaudAlain DavidPaul-Marie DessaintCathy JuradoJulie KisterSarah Lecina et Fabienne Moineaud à qui nous souhaitons la bienvenue dans les pages blanches et grises de Lichen !

Pour accéder directement au sommaire de ce mois, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, c'est


Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.


PS : Et juste avant de mettre en ligne, j'apprends avec beaucoup de tristesse et d'émotion le décès prématuré de notre ami Éric Jaumier, artisan-poète. Nous lui consacrerons plusieurs pages d'hommage de notre prochain numéro. 

vendredi 29 mai 2020

Éditorial



n° 49 – juin 2020
Publication à périodicité (éventuellement) mensuelle * ISSN 2494-1360

prix : 1 mot
(l'accès et la lecture sont gratuits, mais nous demandons que chaque personne 
qui consulte et apprécie cette revue en ligne nous envoie, en échange, au moins un mot

Pour le don de mot et toute correspondance : lichenrevue@gmail.com  




« Il me reste encore à apprendre la chose la plus difficile qui soit, 
l'art de dire beaucoup de choses en peu de mots. » 
(Thomas Wolfe, dans une lettre, le 25 juin 1928)


Trente poètes pour le mois de juin, dont trois nouvellement arrivé(e)s à qui nous souhaitons la bienvenue dans les pages blanches et grises de Lichen Huguette BertrandCee Jay et Arzachena Leporatti !

Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, c'est .

Bonne lecture et que la joie demeure toujours !


Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.


*

Courriers reçus

« Pensant à votre choix, désormais, de nombre d'intervenants dans les numéros de la revue : cette formule aide-mémoire, petite comptine insulaire — un état des lieux d'importance :
"Trenta dì conta nuvembre, cun aprile, ghjugnu è settembre. 
Tutti l'altri sò di trentunu è di vintottu ùn ci n'hè ch'è unu." 
(soit : Trente jours compte novembre, avec avril, juin et septembre.
Tous les autres sont de trente-et-un et, de vingt-huit, il n'y en a qu'un.) 
[Et si pas "29", en l'état, n'en soyons pas moins vigilants...] »(Paul D-A)

« Votre Lichen, c'est un champ de luzerne avec des coquelicots, des bleuets et des marguerites. C'est beau, ça change tout. On s'y attarde. On regarde. On n'ose pas abîmer. On respecte. On soupire d'aise. On souffle dessus pour voir si le vent du dedans fait un frisson sur votre paysage, parfois quelque chose bouge, c'est visible, c'est une brise légère. Au loin, des bosquets, le maquis sent la marjolaine, des genêts ont le jaune qui convient aux balais de printemps. La poésie y est reine souveraine sauvageonne, elle court court, gambade, sautille pour plus tard trouver un abri, un cabanon moitié écroulé, une hutte de berger, puis elle croque dans un quignon de pain, un oignon coupé en tranches, un bout de saucisson et la gourde de métal trempe dans la rivière, plus bas. Lichen, c'est ça. » (SN)

jeudi 30 avril 2020

éditorial


n° 48 (mai 2020)
Publication à périodicité (éventuellement) mensuelle * ISSN 2494-1360

prix : 1 mot
(l'accès et la lecture sont gratuits, mais nous demandons que chaque personne 
qui consulte et apprécie cette revue en ligne nous envoie, en échange, au moins un mot



Pour le don de mot et toute correspondance : lichenrevue@gmail.com  





« De presque toute littérature, on peut dire que c'est trop long. » 
(Jules Renard, Journal)

« J'écris brièvement. [...] S'étaler conduirait à l'obsession. » 
(René Char, Feuillets d'Hypnos [note 31], 
citations communiquées par Frédéric Perrot)




Trente-et-un poètes pour ce « joli mois de mai », dont sept nouvellement arrivé(e)s : Flora Divina-TouzeilUlrich Bakoumissa NgouaniLorenzo BalzarettiGuido CatalanoBérénice DelvertVincent Galois et Claire Gauzente.

Et, comme le confinement n'est toujours pas terminé, nous ajoutons un petit supplément de confit... avec une nouvelle et trois nouveaux venu(e)s : Anne-Sophie DubossonStéphan RiegelAlain Freixe et Christophe Condello.

Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, c'est .

Bonne lecture et que la joie demeure !


Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.

PS : J'ai laissé accessible encore pour ce mois le n° hors série (voir les onglets).

mardi 31 mars 2020

Éditorial

n° 47 – avril 2020


« Car il faut tenter, toujours tenter — aujourd’hui plus qu’hier peut-être — 
de désencombrer le monde, la mémoire et les mots ; 
de chercher des éclaircies, en contrepoint 
à la marche sombre des corps. 
Car il faut écrire. Car il faut lire et entendre. 
Jusque-là. »
(Denise Desautels, « L’angle noir de la joie », extrait, 
reçu de Nadine Travacca pour ses vœux, le 9 janvier 2020) 



Trente jours en avril, donc trente poètes ; dont trois nouvellement arrivé(e)s : Pascale BarraudMustafa Kherbouche et Deea State, à qui nous souhaitons la bienvenue dans les pages blanches et grises de Lichen !

Bonne lecture et bon printemps confiné à toutes et tous ! 

Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, c'est .



Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.



PS 1 : Comme j'ai reçu de nombreux textes relatifs au confinement et à la situation exceptionnelle que nous vivons actuellement, j'ai pu composer un n° hors série « spécial confinement » auquel vous pouvez accéder soit par l'onglet spécifique, soit en cliquant ici. 

PS 2 : Courrier reçu, le 27 mars 2020 à 7 h 48 : « Mille "MERCI" à toutes les personnes qui font vivre et chanter la revue Lichen… Que d’énergies, que de travail ! Que de partages, expressions, rencontres d’âmes aux couleurs poétiques… Bien à vous tous et toutes. » (Claire Maignien).

dimanche 1 mars 2020

éditorial



n° 46 – mars 2020
Publication à périodicité (éventuellement) mensuelle * ISSN 2494-1360
prix : 1 mot
(l'accès et la lecture sont gratuits, mais nous demandons que chaque personne 
qui consulte et apprécie cette revue en ligne nous envoie, en échange, au moins un mot

Pour le don de mot et toute correspondance : lichenrevue@gmail.com  




« Pour écrire
Ne couche 
Rien

Desserre

Les doigts » 

(Frédéric OhlenLes Mains d'Isis, 
Gallimard, « Continents noirs », 2016, p. 158)






Trente-et-un jours au mois de mars, donc trente-et-un poètes dans Lichen. Seulement trois nouvellement arrivé(e)s : Younès El AtiriRudy Meskine et Djurdja Raskovic, à qui nous souhaitons la bienvenue dans les pages blanches et grises de Lichen !

Le mois de mars est le mois de la poésie en France, paraît-il ? Chez nous, c'est toute l'année, tous les jours ! Avec ou sans courage...

Bon début de printemps à toutes et tous ! Et que vive la poésie !

Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, c'est .

Bonne lecture !





Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.

vendredi 31 janvier 2020

Éditorial



Exceptionnellement, l'année 2020 étant bissextile, nous accueillerons donc 29 poètes ce mois-ci. Parmi ces derniers, trois sont nouvellement arrivés dans nos pages blanches et grises : Armel Breus, MMG et Pierre Penard, à qui nous souhaitons la bienvenue !


Toujours en voyage dans le grand Pacifique, je rencontre toujours autant de difficultés avec le mauvais appareil que j'ai emmené, vous m'en excuserez. Le retour étant prévu à la mi-février, le numéro de mars devrait voir un retour à la normale... (si tant est qu'il puisse y avoir une « normalité » quelconque chez Lichen...).


Ce numéro a été mis en ligne depuis Punaauia (près de Papeete, à Tahiti). Grand merci à nos hôtes Georges & Sylvia.


Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; exceptionnellement (pour des raisons bêtement techniques qui me dépassent), la version .pdf n'est pas disponible ce mois-ci...

Bonne lecture !








Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec (en voyage...).

mercredi 1 janvier 2020

Éditorial




N° 44 – janvier 2020


Publication à périodicité (éventuellement) mensuelle * ISSN 2494-1360


prix : 1 mot


(l'accès et la lecture sont gratuits, mais nous demandons que chaque personne


qui consulte et apprécie cette revue en ligne nous envoie, en échange, au moins un mot)


Pour le don de mot et toute correspondance : lichenrevue@gmail.com






Comme je l'annonçais dans l'éditorial du mois dernier, cette nouvelle année 2020 débute avec un nouveau Lichen, drastiquement réduit. Désormais, donc, chaque numéro ne comptera plus qu'un(e) poète par jour du mois : 31 pour ce mois-ci, 29 le prochain, 31 le suivant, etc.



Parmi les poètes de ce numéro, six apparaissent pour la première fois dans les pages blanches et grises de Lichen : Gabriel Meunier, Parme Ceriset, Florian Deana, Christophe Pineau-Thierry, Claire Raphaël et Arthur Want, à qui nous souhaitons la bienvenue !



Belle année 2020 à toutes et tous, depuis Nouméa (où l'équipe de Lichen réside en ce moment, dans la villa "Champagne" au sommet du Mont Coffyn, grâce à l'aimable générosité des amis Élise et Roy).

Pour accéder directement au sommaire, c'est ici ; pour obtenir la version .pdf, il faudra attendre un peu, car l'éloignement de mon ordinateur habituel me pose des problèmes techniques (qui expliquent les nombreux défauts du présent numéro). Belle lecture !



Pour Lichen, le directeur de publication, Élisée Bec.