Colette Daviles-Estinès


Le collage lexical

 

J’aurais voulu faire un collage
de tous les fragments déchirés
Reclouer la lumière
avec un soleil noir
Traduire l’exact impact de la fêlure
Un chemin peut-être
entre trois continents 
Un courant d’encre traversière
par-dessus la géographie filigrane
d’une partition
Une feuille aussi 
cueillie avant que le vent
n’ait ébroué son arbre

Ce n’est poursuivre qu’un chemin lexical

J’aurais fini par le pétale bleu
d’une vraie écaille de poisson
pour quitter les sentiers battus et rebattus
de ma poésie

 

 



Née au Vietnam, grandie en Afrique, Colette Daviles-Estinès a été longtemps paysanne. Elle puise son inspiration dans un sentiment de perpétuel exil. Nombre de ses textes ont été publiés à La BarbacaneLe Capital des MotsLa Cause littéraireUn certain regardRevue 17 secondesCe qui restePaysages écritsLe Journal des poètesÉcrit(s) du NordNouveaux délitsComme en poésieVersoLa Toile de l'un.... Après Allant vers et autres escales (l’Aigrette, 2016), viennent de paraître successivement L'Or saisons (éditions Tipaza, mai 2018) et Matrie (éditions Henry, septembre 2018). Voir son site : http://voletsouvers.ovh. Présente sans exception dans tous les n° de Lichen depuis l’origine. 

3 commentaires:

  1. seule randonnée que j'arpente sans me lasser.

    RépondreSupprimer
  2. J’aime beaucoup. J’aime cette modestie et cette sensible auto-critique...

    RépondreSupprimer
  3. Sous le double signe de la fidélité et de la réinvention de soi, ouaaaah, ce poème qui est, qui devient, qui prend distance avec l'inaccompli conjuqué de son incipit ! ++++++++++++++

    RépondreSupprimer