Victor Roussel


du haut de la brèche 
nos canines se plantent
dans des parcelles d’étoiles boueuses

arpentent les racines
d’espèces mêlées

et notre mémoire
est pleine de mémoires

celle qui dévore 
et digère la roche

celle qui demeure inquiète
et celle qui perturbe la course
des astres  

celle filandreuse
qui bouture les gestes
sur d’autres gestes

et celle qui de terrasse 
en terrasse
déverse les forêts
dans l’encaissement du ciel



Après la publication d'un premier recueil en 2012 (Murmures de l'Hoa Sen, édition Pippa), Victor Roussel s'est éloigné de l'écriture puis en a retrouvé le goût dans la mousse, les champignons et les petits matins. Depuis quelques mois, ses poèmes ont trouvé refuge dans les revues Comme en poésiePoésie Première et L'intranquille. Des poèmes en forme de petits cailloux irréguliers qui se logent sous la langue. Celui-ci est extrait du recueil De quel bois s’échauffe ? C'est sa première apparition dans Lichen.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire