Sébastien Houÿ




À l’enfant qui joue





Dans l’espace inventé


chaque chose


continue





Aussi les gestes


préfigurent


un surcroît de vérité





Un jouet infiniment


un silence trompeur


grand rêve jamais révélé





Retient ce qui vient


du secret


des retrouvailles





Autour s’estompe


le grand feu


des chimères











Né en 1980, Sébastien Houÿ pense que la poésie « pourrait bien être une nuit qui promet le jour ». Le présent poème provient du recueil inédit Le Visage de l’Éloignée. Présent dans les n° 33, 37, 38, 39, 40, 41 et 42 de Lichen.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire