Margueritte C.


des nuages
des brumes
dans la conscience 
floue
des matins
les mots s'alignent
sur ma paume
symphonie mémorielle
d'un temps qui se tait

°

pleurs
ou
désespoir
pluie
ou
ténèbres
les sentes
se rétrécissent
l'horizon
s'atrophie
les pas
s'imprécisent
vers le rien
les doigts
ne retiennent  que
vacuité 
l'horizon  les montagnes les plaines la mer
ne reflètent qu'
absence
aujourd'hui demain
                    la camarde comme compagne 





Margueritte C., basée en Isère, se définit comme une activiste de la poésie en la diffusant sur des sites numériques, dans des revues papier, en proposant des rencontres poétiques mais aussi en la pratiquant par la mise en voix de ses sentiments et/ou situations douloureuses ainsi que par ses questionnements sur l’acte d’écrire. Présente dans les n° 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39 et 40 de Lichen.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire