L’Atelier du don de mots

 

Les textes obtenus avec les mots donnés

 

Vingt-cinq mots (ou expressions) ont été récoltés, donnés par onze lectrices et lecteurs et cinq contributions sont venues conforter la mienne. Grands mercis ! (G. de P.)

 

À la manière des 1014 sonnets de Queneau

Il gigote il voudrait rétrécir l'amulette

et symétriquement convoite un os perdu

il gigote et entaille une fine allumette

la couturière alors le laisse suspendu.

 

On le voit ratisser l'intersection fluette 

d'un désirable objet, métamorphique, ardu

et d'un délaissement, une langue muette

où s'offre en sacrifice un cheval éperdu.

 

On le voit caresser la sauge et l'arabette

l'inexpugnable reine, obstiné, confondu

et ramper sans façon soumis à la courbette

d'un service officiel autant qu'inattendu.

(Annie Hupé)

 


Recette surprise

À l’intersection de métamorphiques,

par son entaille rétrécir un os en amulette,

une couturière de son art aidant.

 

Placer la langue sépharade,

qui ne doit pas ramper vers l’Espagne perdue

(car ¡ basta ya de sacrifices !).

 

Faire bouger le tout en toute latitude,

sans délaissement.

 

Ne gigoter ni ratisser aucunement.

 

On veille à ce que symétriquement

l’obstiné sans façon, l’inexpugnable,

n’obscurcisse le reste

sous couvert de le caresser.

 

Cuire l’ensemble désirable

une petite éternité.

 

             Servir, à l’improviste,

                le Sérendipité.

(C.G.S.)



Par-chemin

La voici plongée dans la nuit des esprits. Lui faudra-t-il encore utiliser la langue du sacrifice ? Son propre esprit ne cessait de ramper vers les intersections du délaissement. Obstinée, elle caressait l’idée de bouger vers les latitudes qui lui ouvriraient les voix de la sérendipité. Sans façon, elle gigotait dans cette nuit chamanique, espérant que l’amulette qu’elle avait fabriquée à partir des os de son totem lui éviterait que le chemin qu’elle devait emprunter ne soit obscurci. Petit à petit, les voies se rétrécissaientPerdue, elle ratissait de ses yeux les images métamorphiques qui accompagnaient son voyage. Telle une couturière, elle pratiquait des entailles, symétriquement, de sorte que si elle s’était perdue, elle puisse revenir. Dans la nuit des esprits, désirable parmi tant de voies, elle accomplissait enfin le rite que tout sépharade se devait de pratiquer avant de retrouver la demeure inexpugnable des ancêtres.

(Margueritte Cèdre)

 


(sans titre — mais dans l’ordre alphabétique)

Amulette à bouger

Puis caresser la couturière

Délaissement désirable

Une entaille à force de gigoter !

Inexpugnable intersection de nos langues.

Latitude métamorphique 

Qu’obscurcit un  obstiné os perdu.

Ramper Ratisser Rétrécir ?

Sacrifice sans façon

D’une sépharade sérendipité

Symétriquement au zythum.

(Anaïk Simon)



Les trois princes de Serendip[ité]

 

Plutôt qu’au palais de leur père ramper sans façon

Ils se sont bougé le sang pour trouver l’intersection des mondes 

Perdus de vue, et ratissés, après s’être faits refiler un os

Une entaille sur leur amulette d'un sépharade les sauva

 

Convaincus de délaissementobscurcis du jugement, 

On les retrouve obstinés à forcer des corps désirables

la pudeur inexpugnable

Quand survint le grand sacrifice métamorphique

 

Condamnés à gigoter pour rétrécir symétriquement

Et tout près d’avaler leur langue

N’ayant latitude que d’un dernier rêve 

Au palais les soirs de couturièrecaresser la bouteille 

(BMB)

 


Délaissements sépharades

Bouger une amulette obstinée,

Caresser sans façon une couturière désirable,

Gigoter de la langue par sérendipité,

Obscurcir l'intersection inexpugnable de l'entaille,

Ramper pour retrouver un os perdu,

Ratisser une latitude métamorphique,

Rétrécir symétriquement le sacrifice.

(G. de P.) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire