Frédéric Massardier


Cinq autres haïkus

Un endroit où
les habitants les plus bruyants
sont les insectes.

°

Ruisseau qui chantes,
s’en est fallu de peu
que sans te remarquer je passe.

°

Sous la lourde canicule,
les genêts crépitent –
musique de feu.

°
Ivre et oisif, j’admire
l’activité pharamineuse
du frelon.

°

Ciel couvert, chênes ombreux
et la rivière
roule des eaux d’encre.






Né dans la Loire en 1983Frédéric Massardier écrit depuis maintenant vingt ans, griffonnant poèmes et haïkus et ce n'est que dernièrement qu'il s'est avisé de les rassembler, de les trier, de les amender et d'essayer de leur donner une diffusion excédant le cercle des quelques lecteurs et lectrices auxquels il les envoie de temps en temps. Certains de ses textes ont paru dans les revues À l'indexArpa et Friches. Présent dans les n° 41, 42, 43 et 47 de Lichen.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire