Clément Bollenot




le chemin monte en pente douce


au milieu des alizées


du sommet chauve on voit la mer


et les reflets argentés sur les terrasses


parfois


quand j'arrive à me remémorer l'odeur du mois d'avril


je pourrais croire à l'enfance éternelle


celle qui s'oublie les soirs d'été


alors qu'apparaît plus brillante que le jour


l'étoile du Berger





°





depuis la fenêtre je voudrais voir la mer


en face


il n'y a que cet enclos rongé par les siècles


et puis


ces pierres froides grises


où le lichen s'agrippe encore


dernière résistance de la vie


aucune ombre révélée par le soleil


seulement des noms à demi effacés


souvenirs


à jamais oubliés








Né à Lyon en 1988, Clément Bollenot a étudié l'histoire et est actuellement professeur des écoles. Il écrit régulièrement de la poésie depuis son adolescence. Il été publié par la revue Verso (nos 166 et 167) et d'autres textes y sont à paraître. Par ailleurs, il a fondé, avec un ami musicien, le projet artistique Kilda (https://kildaprojet.com/qui-sommes-nous/). Présent dans les  n° 13, 14, 15, 18, 19, 24, 25, 34 et 37 de Lichen.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire