Contact


Pour écrire à Elisée Bec, 
rédacteur en chef de la revue :

lichenrevue@gmail.com

18 commentaires:

  1. Vraiment un beau blog et fort intéressant. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Je voyais passer de-ci de-là des mentions de la revue Lichen. Découverte, explorée, et fort appréciée. Bravo !
    Isabelle Alentour
    (mon écot : présence)

    RépondreSupprimer
  3. Lichen, union improbable d'une algue et d'un champignon; inclassable poésie, merci

    RépondreSupprimer
  4. Denis Morin, poète1 février 2017 à 14:22

    Je découvre à peine ce blog de poésie et je nage dans le ravissement. Excellente continuité !

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour tout ce travail ! la qualité est au rendez-vous également. Mille mercis. Je vous propose le mot " weed ". A bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, j'aime cette revue en ligne, l'ensemble est très convivial, on navigue aisément sur le blog. Je pense que la revue à de beaux jours (poétiques) encore devant elle!

    RépondreSupprimer
  7. Catherine Harfaux2 avril 2017 à 21:13

    Rencontre en écho

    RépondreSupprimer
  8. Belle découverte ! On souhaite longue vie à cette revue... et que ça pousse!

    RépondreSupprimer
  9. "Épamprer" Voici mon mot....
    Une jolie promenade en mots ici. J'avais croisé votre blog, me souviens plus où.... Pris le temps ce matin de feuilleter vos archives. Merci de vos partages.
    Mari-Claire

    RépondreSupprimer
  10. Chouette découverte. Bravo pour tout ce travail. Et merci à Olivier Vanderaa pour ce lien.
    Voici mon mot: futaille (récipient en forme de tonneau, fût ou ensemble de fûts)

    RépondreSupprimer
  11. Je découvre (vu le nombre de numéros parus, il était temps je pense) et je vous félicite. Quand je vois comment les poètes, dont je fais partie (du moins j'ai la vanité de le penser), peinent à faire publier un texte par-ci par là, de voir des gens quatre pour faire vivre la poésie, je suis admiratif et vous dit merci.

    RépondreSupprimer
  12. Je passais par là en quête de poésie, j'ai vu de la lumière, j'ai poussé la porte, j'ai lu quelques poèmes et je les ai aimé, j'ai laissé un ou deux commentaires pour dire que je suis passé. Je reviendrai avec plaisir, merci

    RépondreSupprimer
  13. Lichen, une symbiose réussie entre la vie et les mots. Merci!
    Elisabeth Granjon

    RépondreSupprimer
  14. Marchant sur les traces de Colette Daviles-Estinès je tombe par surprise sur votre revue qui m'offre un bouquet de bons auteurs. Je m'empresse de glisser ce Lichen dans l'herbier de mes "favoris" comptant bien vous suivre avec un plaisir renouvelé à chacune de vos parutions.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    c'est vraiment beau de voir qu'aujourd'hui encore la poésie irrigue les âmes. Merci pour ce don.

    RépondreSupprimer
  16. Cher Elisée, je découvre Lichen par le blog d'une poète que j'apprécie et qui a fait la promotion de votre revue. C'est une bonne découverte. Mon mot en guise de partage et de contribution est Décile.
    Par une faute de frappe, j'ai découvert ce mot (pourtant fort employé apparemment), que je me suis empressée d'utiliser dans l'un de mes poèmes pour l'employer dans un tout autre contexte.
    J'apprécie aussi les textes courts et les mots rares ou rarement usités. Il y en a tant. Quel dommage de s'en priver.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour
    Je viens,il y a presque une heure,de découvrir votre revue.J'ai lu plusieurs poèmes publiés dans le dernier numéro.Je lirai tous les autres durant ,la nuit.
    Votre opinion concernant la longueur d'un poème me convient parfaitement.Le grand Et.A.Poe ne avait la même attitude.
    Je vous envoie l'un de mes poèmes.J'espère qu'il vous plaira.

    SENTIER
    Anachronique anachorète,
    sous le soleil au zénith,
    de clarté,
    je gèle.

    Mes interstices irisés,
    je les flatte;
    les chemins prétracés,
    je les rate.
    Mémoire,
    dans un oublieux grain de poussière,
    je me sème et m'évapore,
    rayon hésitant
    au pied de la lumière
    féminine.

    Harnachés de lueurs,
    chevauché de vers,
    dans la glace
    de la nuit,
    je me lire,
    vous,charme,attise
    ce qui en vous
    luit.

    Anachronique anachorète,
    sous le soleil au zénith,
    de clarté,
    je gèle,
    je ferme
    et enjambe
    mes tombes.


    Merci
    J'allume les

    RépondreSupprimer