Marie Natanson

Migration

Les ailes d'alphabet se signent, comblées d'altitude

Longue veille
Flèche encrée
Noire
Abrasive
Plaie qui lève et endure

L’éternel retour de l'origine

Force prémonitoire
Blessure

De cet obscur qu'il faut démêler
Comme à la pesée du cœur
Sur la balance à fléau

Nostalgie si ancienne
Où l'élan mène sa course
Passe l'abattoir de la houle
Le cercle lunaire à l'aveugle

Passe dans un battement

Convoque des aubes magentas
Et des terres démesurément fertiles
Suspendues au rappel de l'océan.









Marie Natanson Simpels est née en 1968 à Toulouse. Enfance passée près du Capitole, scolarité distraite : aime déjà les voyages et déambuler sur le fil des mots. S'échappe à 17 ans pour parcourir l'Europe où elle travaille comme correspondante et journaliste, écrit de nombreux articles dans des revues culturelles. Lit assidûment Milan Kundera, Pascal Quignard et tous les poètes... Retour en France. Études de psychologie. Vit désormais en beau Périgord. 

2 commentaires:

  1. De belles images et un beau mal-être, en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
  2. Les aubes magentas réunissent les coeurs solitaires !

    RépondreSupprimer