L’Atelier du don de mots


Les textes obtenus avec les mots donnés

Ce mois-ci, 37 mots (ou expressions) ont été récoltés, donnés par 19 lectrices et lecteurs, et 7 volontaires m'ont rejoint pour l'exercice. Je les en remercie !

Amour-heur-eux 2019
En cette année nouvelle il faut œuvrer :
Résolutions pour les quatre saisons.
Pas de langueur ni fièvre solitaire.
Que le maniaque ait mue secrètement
La micrommate émeraude est rebelle ?
Et l’amaranthe, et la salsepareille,
Des murs le fumeterre ? Leur souhaiter
Des souffles de bonheur ; au hérisson,
Lors du grésil d’enivrants bracelets.
Sans hyperboleaudace fouettant,
Réajuster la béance entartrée.
Cerner ténuCôtoyerfestoyer,
Et s’accéder bientôt joyeusement.
(Clément G.S.)

Mauvaise année aux araignées
Secrètement, je souhaite que les hérissons œuvrent à la régulation des micrommates émeraudes en festoyant joyeusement parmi les fumeterres des murs, les amaranthes ou les salsepareilles selon la saison
C'est avec bonheur et résolution que je fouette les nouveaux maniaques de ces saloperies de bestioles qui ont l'audace de venir vous côtoyer alors qu'une douce langueur vous invite à accéder bientôt à une sieste aussi enivrante querebelleEntartrons-les de grésil avant qu'elles ne nous cernent. Le bracelet anti-insectes est inefficace. Et si par malheur elles te piquent, tu chopes une fièvre de cheval, ton souffle se raréfie, une mue pernicieuse s'installe, une béance, d'abord ténue, puis galopante se forme en l'endroit que maman veut pas que je dise, t'obligeant à réajuster de fond en comble ta garde-robe.
Va-t-en pas croire que je fais dans l'hyperbole, fiston ! Les défenseurs des araignées, laisse-les à leurs amour-eux. Bats-toi pour le repos câlin dans les chaumes. Hé ! Pas solitaire, mon lézard, et avec un litron !
(Éric Cuissard)

Un amour amaranthe !
Œuvrer et accéder à une saison maniaquerebelleenivrante
Cette fièvre des fumeterre des murs et salsepareilles
Grésil à festoyer et fouetter de zèle maniaque
Joyeusement, se souhaiter bonheur en cette fiévreuse langueur de mue
Où micrommates émeraude côtoyent leurs semblables hérissons
Dans un souffle, une béance secrètement hyperbole
Sous les bracelets réajustés et entartrés de résolution ténue et solitaire
Bientôt cerner l'année nouvelle
Et se souhaiter l'audace d'un nouvel amour amaranthe
(Annabelle Gral)

Le « bal aux bracelets », raconté par Marion D. (fiction miniature)

C’était un peu après la saison des cerises, on œuvrait à l’organisation du bal du quinze août. Il faut dire que ce n’est pas rien, un bal dans un patelin. On languit de festoyer
L’arrivée de « Hérisson » donna un nouveau souffle, pour ne pas dire la fièvre au comité des fêtes. On l’appelait « Hérisson » à cause de sa coupe de cheveux : ils étaient toujours bien dressés en pics (il fallait être maniaque pour se coiffer comme ça !). Ça lui allait bien ce surnom, parce qu’il était aussi rebelle et même assez solitaire, je crois. Le genre de solitaire amoureux de tout et de personne. Comme si son bonheur, c’était l’amour. Un phénomène ! On peut dire qu’il nous a joyeusement cernés pour ajuster, réajuster le programme de cet été-là ! Mais c’était enivrant ! En sa présence, et c’est sans hyperbole que je le dis, on était mû par un enthousiasme auquel on n’avait jamais accédé auparavant, et, sans vouloir être péjorative, on était comme fouetté par lui, comme s’il était notre aiguillon. Dans les patelins, vous savez, on ne se rend pas toujours bien compte mais on s’entartre. Comme Giono disait, on oublie qu’on est vivant. Bref. Voilà donc comment notre traditionnel bal musette-paëlla est devenu, cette année-là, « le bal aux bracelets ». Avec cette idée de bracelet à échanger avec une nouvelle personne dès que la cloche sonnait (et du début à la fin, même pendant le repas !), tout le monde se côtoyait, sans barrière. L’audace était autorisée. On n’aurait jamais dit qu’une chose aussi ténue qu’un bracelet pouvait lier à ce point les gens ! On n’avait jamais autant ri. Et quand Hérisson est parti (aussi secrètement qu’il avait débarqué), on a pris une résolution parce qu’on souhaitait remettre ça, forcément : chaque quinze août, on fêterait désormais le « bal aux bracelets ».
(Hoda Hili)

Festin
En toutes saisons 
elle portait un bracelet en salsepareille
de petites merveilles en forme de piques 
qui lui donnaient un air rebelle.

Il l’avait rencontrée 
des années en arrière
secrètement épris dès le premier souffle 
senti sur la peau glacée par le grésil du nord.

La langueur s’était transformée en audace
le hérissonen nouveau maniaque
plein de fièvre
fouetté par une mue inexplicable.

Bientôt 
les résolutions
avaient œuvré
Produisant un bonheur ténu et enivrant.

Et dans une hyperbole qui n’en finissait pas 
Ils se nourrissaient d’amour 
-eux, 
joyeusement.
(Gaëlle Moneuze)

Bientôt
le grésil emportera
dans une fièvre enivrante
l’audace des saisons
loin des langueurs
solitaires
 béances et failles
festoyaient secrètement
adieu amarantes, salsepareilles, fumeterre des murs
que les micromates côtoyaient
ingénument 
écœurés
par l’année nouvelle
qui ne cessait de réajuster
ses fausses résolutions
ils souhaitaient accéder
au bonheur
et maniaques
comme des teignes
encerclaient
d’un bracelet de verdure
les murs du jardinet
rebelles
à toutes forme d’action de type hyperbole
ils œuvraient dans un souffle 
joyeusement
à fouetter et entartrer
les hérissons amoureux et aveugles
afin de parfaire leur mue.

(Margueritte C.)


L’amour-eux*
Une année de bonheur à festoyer joyeusement
À nouveau ne pas souhaiter le grésil
Bientôt cerner l’hyperbole
Secrètement solitaire
La ténue résolution prise
Tel un souffle de hérisson
Créer la béance
Même si le bracelet fouette la langueur
Une mue de salsepareille 
Amaranthe
Fumeterre des murs
Micrommate émeraude qui sort en saison
Pleine d’audace enivrante
Mais une maniaque fièvre rebelle
Œuvre à réajuster
Sans entartrer
Ceux qui se côtoient
Sans accéder à
L’amour-eux
(Anaïk Simon)
* On remarquera les 2 contraintes que s'est imposées l'auteure : utiliser les mots dans leur ordre d'arrivée et obtenir un texte de 74 mots seulement (soit juste le double des mots donnés).

Résolutions souhaitées pour cette année
Accéder bientôt à la béance d'un bonheur enivrant
Cerner avec fièvre le hérisson maniaque solitaire
Côtoyer avec audace le micrommate émeraude rebelle
Entartrer joyeusement le fumeterre des murs
Festoyer avec l'amaranthe en amour-eux
Fouetter avec langueur l'hyperbole des salsepareilles
Œuvrer à la mue du nouveau bracelet de saison
Réajuster secrètement le souffle ténu du grésil
(G. de P.)


2 commentaires:

  1. Oui, l'inutile pleure sur la mousse disparue . Alors l'urgent attendra que le lichen repousse . Respire . Inspire . Expire . C'est fini car tu es presque déjà dans la tombe . Penses-y ... et merci pour toi

    RépondreSupprimer