Gabriel Henry

Je ne rentrerai pas

Je suis le seul insecte dans ce ciel naufragé. Je me retourne à demi, dans la nuit qui s'infuse je distingue les lumières tremblotantes des maisons sur les quais, comme des lucioles qu'un doux roulis tiendrait dans sa main, et qui peu à peu se brouillent et s'estompent. Je m'efface, à l'heure où les derniers feux du jour sont repris.

Personne n'était là pour me voir partir. La rive dont je m'éloigne lentement continuera d'être arpentée par les êtres qui me sont les plus chers. A cette heure je devine la tension sur leurs traits, fantômes en pensée   sur la grève, arcs vains tout entiers tendus vers ma course. Leurs paupières n'ont pas fini de se fermer sur des ruines. Cette terre, je sais trop bien comme elle brûle, je connais ses herbes mauvaises qui peuvent clore les songes. Elle portera pour toujours le poids des poussières de mon sang et la marque profonde de mon visage d'enfance, pareille à une plaie dans la pierre. Je ne rentrerai pas. Je ne me retournerai plus. Tout cela glisse déjà sur mon épaule et je n'ai pas de place dans ma gorge à cet instant pour un sanglot.

J'avale un peu d'eau malgré moi. Elle lave ma bouche de ce goût tenace de métal et de cendre. L'eau n'est pas froide. Je glisse en elle, je me coule dans ce paysage comme dans le meilleur des sommeils. Mes bras, mes jambes sont des socs qui tracent des signes nouveaux. À présent j'écris mon histoire à la seule force de mes membres, ma tête en éclaireuse. Ce ne sont plus les sirènes, les invectives et l'attente vénéneuse qui formeront le sillon de ma vie. Toute ma rage se divise en mouvements réguliers, et la mer, que rien n'étonne jamais, m'enveloppe de sa chair ambiguë. Je nage, avec pour seuls témoins les veilleurs éternels qui scintillent muettement. Je nage, mon sillage disparaît bien vite dans le refuge de l'ombre. Ajusté au courant, passager d'une tiédeur maternelle, je jurerais sentir la floraison de ma peau neuve.  











Né en 1986, Gabriel Henry vit et travaille à Paris. Depuis 2011, il publie des textes dans des revues papier et digitales (N47, Scribulations, Nouveaux Délits, Comme en Poésie, Paysages Écrits, Libelle...), ainsi que sur des sites web littéraires (Nerval, Le Capital des Mots, Ce qui reste...). De ses poèmes, traduits en roumain par Marinela Lica-Masala, ont paru en 2015 dans la revue roumaine Poezia. Participant à des lectures publiques de poésie, il tient deux blogs-carnets d'écriture : www.lorageaupoing.blogspot.com et http://gabrielhenry-poesie.tumblr.com/.

1 commentaire:

  1. Le thème de la fugue j'aime, car elle mêle souvent l'euphorie du fugueur avec la tristesse des proches. Ici la fugue régénère le fugueur qui apparemment réussit à obtenir ce qu'il souhaitait.

    RépondreSupprimer