Eve de Laudec

Deux poèmes sans titre


À trop fendre la pierre
Écumer l’océan
Divaguer  à se perdre
Se suspendre au soleil

À brûler les sarments
Réchauffer les été
Attendre les sera

À ratisser les nuages
Qui poussent dans les mains

On entend le silence
À son frémissement

*

Colle ton oreille à la terre
L’entends-tu murmurer
Sous l’empreinte craquante ?

Confite dans son manteau gelé    
Elle conte les veillées rouges
Au long  temps des loups
Suturés
Elle couve la permanence
Des jaillissements 

De son ventre encore tiède
Naîtra l’autre soleil
Et les taupes nouvelles





Née à Paris en 1950, d’une famille d’écrivains et comédiens, Ève de Laudec écrit dès l’enfance. Vit 30 ans en Afrique. De retour en France se consacre à la poésie, à la nouvelle. Échanges et croisements poétiques avec musiciens, peintres, photographes. Accueillie dans diverses revues, telles Le Capital des mots, Ce Qui Reste, Dossiers d’Aquitaine, Terres de Femmes (Anthologie Poétique), Souffles, FPM. Membre de la Société des poètes français, de l'Union des poètes, de la Société des gens de lettres, et de la SACEM. Un site, « l’emplume et l’écrié » : http://evedelaudec.fr. Le premier de ces poèmes est extrait du recueil Ainsi font… (éditions Jacques Flament, 2017), le second est inédit.

2 commentaires: