Choses vues 16

La Barbacane n° 100 et les éditions de l'Ormaie
à la galerie Depardieu à Nice

Le 15 juin dernier, la Galerie Depardieu (6, rue du Dr J. Guidoni, à Nice) invitait nos amis des éditions de l'Ormaie à présenter leur travail et le 100e numéro de la belle et célèbre revue La Barbacane.




L'histoire des éditions de l'Ormaie débute en 1998 avec la réédition au format d'origine (49 x 32) de la revue iconoclaste Identités que le jeune groupe dit de "l'École de Nice" (avec, entre nombreux autres, Daniel Biga, Ben [Vautier], Franck Venaille, Ernest Pignon-Ernest...) publia entre 1962 et 1966, grâce à l'action de Marcel Alloco et Jean-Pierre Charles.


Jacques Simonelli, des éditions de l'Ormaie


Marcel Alloco

"Exceptionnelle aventure poétique", La Barbacane, revue des pierres et des hommes a été fondée en 1963 par le poète Max Pons qui vit aujourd'hui à Puy-L'Évêque (Lot-et-Garonne). Son n° 100 ("Dans la clarté des mots") vient de paraître et ses amis Régine et Jacques Simonelli ont voulu fêter cette publication historique et honorer ce remarquable travail de fond, partie de notre commun patrimoine poétique. Ils avaient donc réuni pour ce faire plusieurs participants à ce fameux numéro : Raphaël Monticelli (qui lit magistralement des textes de son camarade Yves Ughes qui n'avait pu être présent), le photographe (également pianiste) Cédric Fioretti (qui accompagnera plusieurs lectures), le poète (et éditeur) Gilbert Casula...


Le n° 100 de La Barbacane.

Colette Daviles-Estinès a pu filmer quelques extraits de ces lectures.

D'abord des textes qu'Yves Ughes a écrits à partir de photos de Cédric Fioretti, lus par Raphaël Monticelli, accompagné au piano par Cédric Fioretti : "À coups d'estompe la nuit prend mot"



Puis Gilbert Casula lisant le début de son texte "Alors c'est ça une vie ?", accompagné par le même  pianiste :





Reportage : Colette Daviles-Estinès (vidéos) et Élisée Bec (texte et photos).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire